Ils sont au nombre de 26 jeunes startup Maliennes à être retenues par Donilab pour un accompagnement dans le cadre de la 3ème cohorte de son programme Teliman. La cérémonie de lancement a eu lieu la semaine dernière dans les locaux de Donilab en présence de plusieurs responsables de services en charge de l’emploi au Mali.


Sur financement de l’organisation internationale de la francophonie (OIF), Donilab, incubateur de startups au Mali, vient de procéder au lancement de la 3eme cohorte de son programme Teliman. La cérémonie de lancement a été une occasion toute trouvée par les responsables de Donilab pour exprimer leur vive reconnaissance à l’endroit du bureau de l’OIF. « Nous disons haut et fort et devant vous, chers jeunes startups de la 3eme cohorte de Teliman, que n’eut été le soutien financier et agissant de l’OIF exprimé à notre endroit, ce rêve que vous et nous, sommes en passe de réaliser, serait resté en phase de rêve » a martelé Dr Tiadiane Ball, Directeur général de Donilab.                                                 
Parlant du programme Teliman, Dr Ball dira qu’il s’étend sur 6 mois et concerne environs 26 jeunes. « Teliman accompagne les jeunes porteurs de projet depuis le stade des idées, au stade de recherche de financement, en passant par la conception du business plan » renseigne-t-il. Avant de justifier l’opportunité du lancement de cette cohorte de Teliman par le souci de combler le vide laissé par la faiblesse des politiques publiques en matière d’entreprenariat jeunes dans notre pays. « L’objectif principal de cette initiative est de susciter l’entreprenariat chez les jeunes. Il faut des structures comme Donilab pour encadrer les jeunes et leurs apprendre les rudiments de l’entreprenariat » a-t-il fulminé.
Pour conclure, Dr Ball s’est félicité de voir des centaines de jeune ayant fait dans le passé recours aux services de Donilab et qui sont aujourd’hui en passe de réussir leurs projets. « Comme les précédents, le présent programme permettra à coup sûr aux 26 bénéficiaires de mettre le pied à l’étrier » a-t-il rassuré.

Oumar B. Sidibé

Leave a comment