Hadjaratou Doumbia : « Si vous ne faites pas un pas en avant, vous restez toujours au même endroit »

23 ans seulement et cheffe d’entreprise, nous avons été a la rencontre de Hadjaratou El Hassane Doumbia la jeune dame à la tête de l’atelier des cosmétiques. Une entreprise de savonnerie qui innove par l’utilisation des produits locaux.

Adiaratou Doumbia
Adiaratou Doumbia
Comment  êtes-vous venue dans l’entreprenariat ?

Beaucoup de jeunes comme moi finissent les études, sans pouvoir trouver un emploi. Je ne voulais pas me trouver dans la même situation. Je voulais faire des choses par moi-même et le salariat ne m’intéressait pas. « Je préfère 5 ans de travaux forcés que 45 ans de prison » C’est à dire 5 ans à travailler dure pour développer que d’être  employé pendant 45 ans. C’est dans l’entreprenariat que nous pouvons le plus mettre nos connaissances aux services du pays, des autres.

Parlez-nous de votre entreprise l’atelier des cosmétiques

L’atelier des cosmétiques est une entreprise de savonnerie que j’ai lancée sur fonds propre avec le concours de ma maman depuis que je suis à l’université.

Au début ce n’était pas facile, avec tous les savons artisanaux industriels importés ou pas qui inondent le marché. Il a fallu du doigté et de la persévérance pour s’accaparer d’une part du marché.

Avec un peu d’imagination, on arrive à faire la différence.  J’ai toujours aimé bricoler surtout faire de la déco, alors j’ai apporté ma passion à mon travail d’où les savons avec des formes variées et esthétiques avec différentes saveurs.

Pourquoi les consommateurs devraient-ils choisir vos produits ?

Parce que mes produits sont faits à base de produits agricoles de chez nous donc le savon est naturel et conforme au respect des règles élémentaires d’hygiène et de sécurité. Nous avons du savon à base d’huile de coco, de palme et de karité. Nous utilisons l’indigo, l’argile et le persil pour varier les couleurs. Les saveurs aussi sont diversifiées, il y’a le miel, le citron, le moringa, le neem et le baobab.

Notre spécificité est de procéder par saponification à froid, qui est un procédé naturel un peu lent et difficile mais  permet de garder les  effets bénéfiques de nos savons.

Vous disiez : « nous faisons plus que du savon » qu’est que ça signifie ?

Oui, nous avons un rêve, une vision, permettre aux femmes de se faire belle avec des produits naturels, locaux sans hydroquinone. Nous produisons des savons et pommades pour les personnes atteintes d’albinisme, c’est une fierté pour nous car peu d’entreprises offrent ce service au Mali.

Dans un futur proche, nous mettrons en place une unité de production pour atteindre le marché des hôtels, les supermarchés et d’autres pays.

Parlez-nous des défis de l’entreprenariat au Mali

L’entreprenariat demande de constamment de sortir de ma zone de confort. J’ai beaucoup grandi et appris des choses sur moi et sur les autres. Au Mali, il faut faciliter l’accès au financement et accompagner les entrepreneurs à mieux gérer l’argent. Mais rien de tout ça ne doit être un frein.

Les défis, les échecs nous en rencontrons tous les jours, ça fait partie de la vie d’entreprenariat. J’ai une fois fait un mauvais investissement dans des matériaux qui ne me servaient, c’était une grave erreur mais une expérience enrichissante. Souvent, nous avons des savons ratés, des stocks non écoulés. Des fois on veut tout abandonner mais on continue, c’est ça le plus important : rester debout.

« Si vous ne courrez pas après ce que vous voulez, vous ne l’aurez jamais. Si vous ne demandez pas, la réponse sera toujours non. Si vous ne faites pas un pas en avant, vous restez toujours au même endroit »

A la base de cette réussite entrepreneuriale Adiaratou n’est pas seule, il y a ses proches, sa famille des personnes inspirantes comme Bilaly Dicko et un incubateur, DoniLab. Toutes ces rencontres lui ont permis de mieux structurer son projet et à mieux comprendre le marché et éviter les pièges de l’entreprenariat. Selon elle, courage, persévérance, écoute, plus une dose optimisme constituent la formule gagnante pour tout projet d’entreprise.

 

 

Leave a comment